Cette campagne est formidable

Jazz et bouquins

Dans le cadre du programme de résidences de la région Île de France, l’écrivain Franck Medioni, tient une « résidence d’écrivain » donc, à l’excellente librairie La Manoeuvre sise 58 rue de la Roquette vers la Bastille à Paris.
Concrètement, cela consiste en une soirée par mois (environ) pendant un an, autour d’un musicien de jazz historique.
Ce 8 février, pour la première édition, c’est Louis Armstrong qui était à l’honneur.
F. Médioni est accompagné pour cette manifestation par un trio de musiciens qui improvisent autour du thème de la soirée : le batteur Sylvain Darrifourcq, le saxophoniste Antonin Tri-Huang et à la contrebasse Thibault Cellier, tous trois vraiment excellents.

Le programme (avec les dates, les thèmes et tout et tout) est ici

Franck Médioni et Sylvain Darrifourcq (batterie)
Sylvain Darrifourcq (batterie), Antonin Tri-Huang (saxophones) et Thibault Cellier (contrebasse).

PenelopeGate : un problème de lune et de doigt


Je n’ai plus de café ce matin, alors je traine un peu sur les sites d’actu (elle est tristement rigolote en ce moment,  avec ce match France-Etats-unis pour savoir lequel sera le plus indigne. La campagne électorale s’annonce épatante, et mon petit doigt me dit qu’on devrait se retenir de trop se foutre de la gueule des américains).

Courrier International (l’exxxxxcellent Courrier International) publie un article du magazine américain Foreign Policy qui résume assez bien la situation de l’élection hexagonale (il est vrai que vu de l’étranger la France doit ressembler de plus en plus à une république bananière).

Ce que je trouve intéressant dans cet article, c’est son angle global.
Le vrai sandale, avec le PenelopeGate, il est bien plus entre les lignes, que dans les faits eux-mêmes, qui sont anecdotiques (la majorité du dessus du panier de notre classe politique serait soit en taule, soit inéligible dans la majorité des pays du Nord).

La crucifixion de la femme de F. Fillon permet d’éviter de faire de façon claire le procès du système élitocratioque-monachique français dont l’affaire Fillon n’est qu’un épisode somme toute assez banal.
Le vrai scandale c’est qu’au fond, là où Fillon a péché, c’est que sa femme n’a pas effectivement travaillé. Eut-elle effectivement fait acte de présence à l’Assemblée, qu’il aurait été tout à fait normal que le couple puisse empocher pratiquement un million d’euros d’argent public (de notre argent donc).

Le pire, c’est la ligne de défense de certains de ses supporters (voire de certains de ses adversaires sans doute pas très relax sur ce sujet) avec comme argument des choses hallucinantes du genre « il est courant d’employer quelqu’un de sa famille, les chefs d’entreprise le font, les artisans le font etc… »… cette défense qui relève du lapsus, montre bien la confusion totale entre argent public et argent privé de la part de nos élites, à qui nous avons donné un blanc-seing pour taper dans la caisse.
Le boulanger qui emploie son fils le fait avec son pognon pas avec le mien. Dans le cas des politiques c’est de notre pognon dont il est question.

L’affaire Fillon c’est vraiment un mini bosquet qui masque super bien le véritable scandale qu’est notre organisation politique, à base de professionnels de la profession, totalement déconnectés de la vie du citoyen de base et que l’on laisse se voter carte blanche pour tout ce qui concerne leur caste, organisation  indiscutablement républicaine, mais dont l’aspect démocratique se discute éminemment.

Bon c’est pas tout ça, faut que j’aille acheter du café….

Ah oui a propos, je me plaignais hier des journalistes qui ne vérifient jamais ce qu’on leur raconte lorsqu’il s’agit de politique.. mea culpa, je viens de voir ça. Au delà du contenu, la démarche est à saluer, c’est la première fois que je vois ça

La leçon d’Amérique


En attendant que ma cafetière remplisse son office, je jette un oeil aux news. L’actualité internationale est limpide : Trump c’est LE mal.
À titre personnel, je trouve l’émotion devant les Trumpitudes aussi inquiétante que ces dernières. Cette émotion montre bien qu’on vote en fonction de l’émotion suscitée par les communicants des candidats et pas en fonction d’une idée ou d’un programme. Trump ne fait rien d’autre que ce qu’il a annoncé.. ce qui n’est pas si courant, on peut au moins lui reconnaître ce mérite.

En fait Trump est un mec super novateur, une sorte de précurseur, un OVNI salutaire. Pour la première fois depuis longtemps un politicien fait ce qu’il a annoncé pendant sa campagne.. forcément ça émeut on a pas l’habitude, ça choque. Il est vrai que de ce côté-ci de l’Atlantique, on a plutôt l’habitude d’avoir une demi-érection devant un type arrivé sur un malentendu parce que le pressenti est tombé pour viol, et qui nous annonce que son ennemi c’est la finance pour dans la foulée nommer comme ministre de l’économie un gars entré en politique par le PS parce que à droite c’était bouché, lequel une fois nommé après avoir annoncé qu’il n’était pas du tout socialiste se dépêche de générer une loi sur le travail que même la droite n’aurait même pas oser proposer de peur de… là on est dans le normal.

Incidemment, faire ce qu’il annonce, François Fillon a qui on fait bien des misères est exactement dans le même cas

..ok ok on pourra objecter qu’il a parfois un peu exagéré

À propos de ce pauvre François, ce que je trouve scandaleux, ce n’est pas qu’il ait piqué des monceaux d’argent public (sur ce point mon petit doigt me susurre qu’il doit être loin d’être le seul, et à sa place si ça se trouve j’aurais fait pareil) .
Ce que je trouve scandaleux c’est qu’à priori c’est légal, qu’à priori il est prévu qu’il soit possible de piocher à pleines mains dans les caisses de l’état (façon allégorique de désigner le pognon de nos impôts) sous des prétextes fallacieux (euphémisme).
Le simple fait que l’éventuelle légalité de ce braquage n’ait pas provoqué plus de remous en dit long sur le fonctionnement de notre monarchie république.

Je ne rêve pas de tel ou tel candidat, je rêve à titre personnel d’un président qui soit un simple employé de la République, un employé en charge de mettre en œuvre un programme, une direction, sur lequel une majorité de mes concitoyens s’est prononcée. Ça se fait plus ou moins dans les pays du Nord et je n’ai pas l’impression qu’ils soient éminemment plus malheureux que nous.… bon, la cafetière siffle, j’arrête avant de dire des conneries.

Ah si… ami journaliste, tu devrais jeter un oeil à ça, je subodore que ça doit marcher aussi chez nous :

À l’heure du Big Data et autres rigolades, il est un peu surréaliste que la seule chose que Big Brother ne watche pas, ce soit les bobards de nos représentants. Les rubriques « décodage » et autres pitreries dont se glorifient les journaux sont une honte, qui valide le fait qu’on peut dire absolument n’importe quoi sans risque d’être démenti, si ce n’est plus tard, lorsque les regards sont tournés ailleurs, vers d’autres bobards en cours. En 2017 il devrait être possible à n’importe qu’elle émission de télé de vérifier en temps  quasi réel, les affirmations proférées sur son antenne.

Et merde, j’avais dit que j’arrêtais avant de dire des conneries…..